Logo Ya-graphic : Création de boutique en ligne et référencement Google
Nous sommes à votre service pour vous proposer le meilleur service de référencement Google et de création de site e-commerce. Depuis 2008 nous apportons satisfaction à nos clients, qu'ils soient de France ou d'ailleurs.
3 av Adrien Mazet, Rés La Carraire, bât c - n°36, Miramas, FR
(+33) 06.52.64.70.04
contact@ya-graphic.com
Suivez YA-GRAPHIC

Le PageRank est mort, vive le PageRank !

Bye bye Toolbar PageRank !

Le PageRank est mort, vive le PageRank !

La semaine dernière John Mueller, de Google, a confirmé la suppression du PageRank public. Autrement dit la petite jauge verte de la barre d’outils de Google et des extensions de navigateurs ne sera plus visible. C’est une décision qu’on ne peut que saluer. Je l’approuve même si on pouvait considérer que ce PageRank affiché était déjà obsolète. On peut juste regretter le retard de la décision.

Le PageRank n'est pas mort pour Google

Google utilise toujours le PageRank comme signal pour déterminer qu’une source est fiable, digne de confiance ou bien informée.

Malgré cette décision le PageRank n’est pas mort et il est fort probable que Google l’utilise encore pendant quelques années. Dans cet article je vous montre qu’il existait déjà d’autres métriques/KPI qui permettaient d’estimer l’importance d’un site web dans le cadre d’une campagne de référencement (SEO) ou de relations blogueurs.

Les gens qui collaborent avec moi sur des projets utilisent une seule métrique parmi d’autres : par exemple le Domain Authority (DA) et le Page Authority (PA) plutôt que la Visibilité en termes de SEO de Seachmetrics, etc. C’est du cas par cas.

Au commencement…

Depuis sa création le PageRank est une estimation de la popularité des pages d’un site. Un score attribué aux pages est calculé en fonction du nombre de liens hypertextes qui pointent vers elles. Les sites web les plus populaires recevaient hypothétiquement plus de liens en provenance d’autres sites.

Forcément le PageRank a évolué.

Les anciens du SEO savent qu’au commencement il était plutôt aisé de manipuler le système du PageRank. Un site mauvais pouvait être bien référencé sans difficultés. Avec le temps Google a affiné son algorithme de recherche pour “séparer le bon grain de l’ivraie”. Penguin et autres innovations algorithmiques ont permis et permettent encore aujourd’hui de contrecarrer les manipulations. Le principe du PageRank était protégé.

Aujourd’hui le leader de la recherche privilégie toujours les liens naturels. Et surtout, le PageRank n’est plus le seul signal qui affecte la manière dont un site est parcouru, indexé et classé dans les résultats de recherche de Google. Plus de 200 signaux l’accompagnent. Vous pouvez voir ce qu’a dit Susan Moskwa, ancienne analyste chez Google, au sujet du PageRank – c’était en 2009, déjà.

La fin du PageRank ?

On peut voir ici et là qu’après 2013 le score visible du PageRank ne reflétait plus le réel PageRank parce qu’il n’était plus actualisé. Peuvent-ils prouver qu’avant 2013 le score visible était fidèle au score réel ? Pour affirmer, sans se tromper, que le PageRank de la petite jauge verte était fidèle au réel PageRank, il fallait connaître ce dernier, chose qui, jusqu’aujourd’hui, n’est pas possible de connaître. Le PageRank réel est secret, je le rappelle.

Pour répondre à la question il y a bien évidemment une fin du PageRank, on parle bien sûr du PageRank graphique, celui qui était affiché dans la “barre d’outils” et les extensions de navigateurs. On peut même affirmer que le PageRank visible était obsolète bien avant 2013 ! Celui que Google utilise va continuer d’exister et il ne sera pas faux de dire que tel lien passe du PageRank ou pas. Dans un article récent de TheSEMPost un porte-parole de Google confirme que le PageRank est toujours utilisé dans leurs algorithmes parmi d’autres signaux : “Yes, PageRank is still used in our algorithms, among a number of other signals”.

Des blogueurs, des webmasters et des SEO ont exploité la petite jauge verte pour abuser de la naïveté des gens. Il y a eu comme un “marché noir du backlink”. Un haut score pouvait faire monter les prix et autres caprices. Les alternatives au PageRank de la barre d’outils sont des métriques plus sûres.

Des alternatives au PageRank public

Suite à la décision de Google on commence à voir fleurir des articles de blogs SEO ou connexes au SEO qui proposent des alternatives au PageRank de la barre d’outils, c’est l’aveux que bon nombre de gens utilisaient encore ce KPI quasi obsolète. En ce qui me concerne j’utilisais des critères plus sérieux pour déterminer la qualité d’une page web. Depuis plus de trois ans les alternatives au PageRank public me paraissaient plus pertinentes.

Comment fallait-il estimer l’importance d’un site web quand on gérait un projet de référencement ou de relations blogueurs ? Je vous propose de revoir quelques métriques de sociétés privées telles que Moz, Searchmetrics, Majestic et SEMrush.

Moz :

Moz propose un outil qui permet de connaître les performances d’un site web en termes de SEP. Il y a entre autres le Domain Authority (DA) et le Page Authority (PA).

  • Domain Authority (DA), “l’autorité du domaine” en français : ce score est calculé sur plus d’une dizaine de paramètres comme la qualité des liens entrants du site. Le Domain Authority fournit un score qui va de 0 à 100.
  • Page Authority (PA), “l’autorité de la page” : comme le Domain Authority mais pour une page unique.

Sinon il y a le MozRank qui attribue un score sur une échelle logarithmique de 0 à 10. Le note moyenne est de 3. Autrement dit un bon MozRank commence à partir de 3.

Searchmetrics :

  • Visibilité en termes de SEO
  • Visibilité en termes de SEO mobile

Searchmetrics utilise le volume de recherche et le classement du site pour des mots-clés. Chaque position est mesurée individuellement par un calcul de Searchmetrics. Cet indice reflète la fréquence d’apparition d’un site dans les résultats de recherche. La visibilité en termes de SEO est seulement un indicateur de visibilité dans le canal de recherche organique.

Majestic :

  • Le Trust Flow (TF) : c’est un indice qui symbolise la confiance accordée à un site ou à une page web. Il est calculé à partir d’une liste de site “trustés” et mise à jour régulièrement. Les critères d’inclusions dans la liste sont assez strictes. Le Trust Flow est gradué de 0 à 100. Un Trust Flow égal ou supérieur à 40 commence à être un bon indice de confiance.
  • Le Citation Flow (CR) : il complète le TF, c’est un indicateur lié à la popularité de la page web. Plus une page a un Citation Flow élevé, plus elle est en mesure de gagner en popularité. Il est calculé à partir du nombre total de liens entrants, du nombre de refDomains, du nombre de classe C différentes. Il est gradué de 0 à 100. Le Citation Flow représente plutôt la quantité que la qualité des liens entrants.

SEMrush Rank ou “Rang de SEMrush” :

Cette mesure affiche le classement d’un site plutôt qu’une échelle logarithmique. On peut voir le SEMrush Rank dans l’extension SEOquake pour le navigateur Chrome.

Voici comment SEMrush définit son SEMrush Rank : “La note de la popularité du site web attribuée par SEMrush est basée sur le trafic organique provenant des 100 meilleurs résultats de recherche organiques de Google”.

D’autres contenus sur le thème du PageRank :

Yassine A.

Professionnel du SEO et du Webmarketing depuis plus de 10 ans. J'apporte PLUS de visibilité et PLUS de ventes aux entreprises, agences, startups et micro-entrepreneurs que j'accompagne. Certifié Google. Mes spécialités sont le référencement naturel (SEO) et la création de site E-commerce.

Commentaire : 1

  • Julia@Arkeup
    14 mars 2016 9 h 11 min

    Ah mince, j’ai complètement raté ce news. Mais comme vous le dites, il y a longtemps que le PR n’a plus été pris en compte par beaucoup de référenceur. D’autant plus qu’il y a beaucoup de métrics qu’on peut utiliser. Il a fait ses preuves, il a eu des millions de fans, il est temps qu’il parte en retraite.

Réagissez !