Logo Ya-graphic : Création de boutique en ligne et référencement Google
Nous sommes à votre service pour vous proposer le meilleur service de référencement Google et de création de site e-commerce. Depuis 2008 nous apportons satisfaction à nos clients, qu'ils soient de France ou d'ailleurs.
3 av Adrien Mazet, Rés La Carraire, bât c - n°36, Miramas, FR
(+33) 06.52.64.70.04
contact@ya-graphic.com
Suivez YA-GRAPHIC

[mise à jour] Interflora en galère après une pénalité de Google

[mise à jour] Interflora en galère après une pénalité de Google

La marque Interflora se serait chargée toute seule de « référencer » son site anglais. Elle aurait passé une journée à contacter des utilisateurs pour retirer tous les liens qu’elle aurait demandé de pointer vers son site en échange de fleurs. Grande marche arrière donc, la scène ne manque pas d’être tragi-comique puisqu’Interflora a en effet été pénalisé par Google au Royaume-Uni.

Chute du trafic organique d'Interflora selon SearchMetrics

Chute du trafic organique d’Interflora. Graphique de SearchMetrics.

C’était pourtant explicite, écrit noir sur blanc et annoncé une énième fois la semaine dernière par Matt Cutts, chef de l’équipe anti spam chez Google. Le géant de la recherche interdit toute pratique de systèmes de liens. Ainsi « l’achat de liens ou de messages contenant des liens, l’échange de liens ou de services contre des liens, ou encore l’envoi d’un produit « gratuit » en échange d’un commentaire incluant un lien » sont des actions proscrites si et seulement si elles transmettent le PageRank.

Des agences de référencement sans scrupule exposent leurs clients au danger. Le risque est d’autant plus grand que Google demeure la plus grande source de trafic de leur site. L’impact sur le chiffre d’affaires n’est pas négligeable et les plus grands ne sont pas à l’abri. En 2006 en effet, c’est le site de BMW qui avait été pénalisé par Google. La semaine dernière c’est le marchand de fleurs Interflora qui en a fait les frais. Le site anglais de la marque a été pénalisé par Google au Royaume-Uni.

Des blogueurs auraient reçu des fleurs de la part d’Interflora en échange de liens vers le site et le blog de la marque. Une utilisatrice de Twitter, Sarah, a souligné qu’Interflora l’a contacté directement, il n’y aurait pas eu d’intermédiaire a-t-elle assuré. Plus loin elle dit qu’ils ont mis son lien en nofollow et qu’ils lui ont demandé de supprimer ce lien, voire l’article qui inclut le lien, chose qu’elle a refusé de faire. Plus loin encore Sarah indique qu’elle a été contactée le 17 janvier par quelqu’un avec une adresse e-mail d’Interflora. La personne lui demandait de donner son avis sur des fleurs offertes par la marque.

@amilliondresses annonce que c'est Interflora qui l'a contacté

Tweet de @amilliondresses

Dans les résultats de recherche de Google.co.uk le site anglais d’Interflora n’apparaît plus pour les requêtes de recherche où il apparaissait. Le site n’apparaît même plus sur sa propre marque ! La scène ne manque pas d’être tragi-comique puisque que la marque qui était chargée de « référencer » son site s’est lancée dans une grande marche arrière. Reste à savoir s’ils seront capables de retourner la situation.

Mise à jour ♦ 13/12/2013, 15h32: Le graphique ci-dessous – vu sur SEMrush – montre à quel point la pénalité Google infligée au site Interflora.co.uk a été sévère. La ligne bleue désigne le trafic issu des résultats naturels de Google. La chute de trafic est représentée par le creux qui se dessine entre janvier et mars 2013. Depuis mi-septembre le trafic du site est en train d’augmenter, ça devrait combler cette pénalité.

Graphique : site Interflora pénalisé par Google (février 2013)

Yassine A.

Professionnel du SEO et du Webmarketing depuis plus de 10 ans. J'apporte PLUS de visibilité et PLUS de ventes aux entreprises, agences, startups et micro-entrepreneurs que j'accompagne. Certifié Google. Mes spécialités sont le référencement naturel (SEO) et la création de site E-commerce.

Commentaires : 11

  • Aurélien
    25 février 2013 16 h 38 min

    Si les risques sont connus, et les enjeux énormes, dans l’absolu j’ai du mal à blâmer Interflora dans leur campagne d’acquisition de liens. Quand la concurrence est forte, on est souvent tenté d’user de techniques marketing flirtant avec la ligne rouge pour ne pas se faire dépasser par la concurrence. Et des sites pratiquant ce genre de stratégies il y en a des milliers. Interflora n’est qu’une infime partie émergée de l’iceberg. A mon sens c’est encore un exemple de Google pour dissuader et effrayer les éditeurs et agences qui emploient des techniques border line.

    Par ailleurs, je me pose quelques questions sur le Spamco : l’usage bien répandu chez les SEO qui consiste à déposer son lien en dofollow en échange d’un commentaire “pertinent” n’aurait-il pas un léger parfum de fleur ? J’dis ça, j’dis rien…

  • Jean
    25 février 2013 16 h 48 min

    Bonjour Yassine,
    Il y aura malheureusement toujours des entreprises qui penseront faire une économie substantielle en référençant leur site eux-même plutôt que de faire appel à des agences telles que les nôtres.
    au pire, s’ils prenaient au moins une formation ou des prestations de consulting.
    Qui trop embrasse mal étreint, à force de vouloir gagner sur tout le retour de flamme infligé par Google s’est avéré terrible pour Interflofra

  • Joel
    25 février 2013 17 h 04 min

    Bonjour,
    Le pire est que la fête des mères est le 10 mars en Angleterre, terrible manque à gagner pour la Sté !

  • François-Olivier
    25 février 2013 17 h 20 min

    Bonjour,

    “Des agences de référencement sans scrupule exposent leurs clients au danger.” Quand on fait du SEO, même en mode plan plan, on a toujours un risque car le SEO, c’est avant tout la manipulation de la perception de la pertinence d’un site par Google.

    Quand on achète des liens on prends théoriquement plus de risques. Quoi qu’on peut se faire éclater plus facilement avec des tonnes de spamco.

    Tout est question de mesure.

  • Svetlana
    25 février 2013 17 h 32 min

    Google veut faire un exemple, en effet, si le moteur de recherche pénalisait tous les “gros” sites qui utilisent des pratiques borderline, il n’y aurait plus grand monde dans les SERPs. Il suffit de jeter un oeil sur le linking de certains leaders du ecommerce…

  • Al-Kanz
    26 février 2013 1 h 18 min

    Ils risquent de perdre beaucoup. Ouille !

  • Valentin
    26 février 2013 9 h 18 min

    Il faut bien prendre en compte que si tout le monde descend en même temps cela ne change pas les résultats de recherche mais diminue juste les exigences pour la première page. Si la première page est accessible facilement on vend moins d’Adwords… Sans oublier un détail important : il ne faut pas tuer la poule aux oeufs d’or !!! Si Interflora dépense des millions en Adwords et qu’on lui inflige de trop grandes pertes on risque de le voir rediriger ses investissements sur d’autres supports ! Par contre une petite pénalité peu l’inciter à augmenter son intérêt pour Adwords ^^

Ce n'est pas possible de commenter pour le moment.