fbpx

Une agence SEO piégée par Gawker ? Matt Cutts réagit dans Twitter

Une agence SEO piégée par Gawker ? Matt Cutts réagit dans Twitter

Vous êtes journaliste pour un grand site de presse ou contributeur d’un blog populaire. Comment réagiriez-vous si quelqu’un vous demandait secrètement d’écrire un article pour y inclure un lien acheté dont le texte d’ancrage vous serait imposé ? Oui, non ? Que répondriez-vous ?

Aux Etats-Unis, Hamilton Nolan, blogueur chez Gawker.com, dénonce une demande de ce type. Le billet dénonciateur, publié le mardi 3 décembre chez Gawker.com, affiche en public tous les échanges entre l’agence SEO et le blogueur. Et comme par hasard le site de l’agence en question – Backlinks.us – n’est plus disponible à l’heure qu’il est. Vous pouvez toutefois consulter le cache du site.

[divide style=”3″]

Mise à jour, 05/12/2013, 16h27: Le site Backlinks.us est à nouveau en ligne. Cette fois avec son design et son logo. Il n’était pas disponible pour une raison que j’ignore. Quoi qu’il en soit Gawker lui a fait une belle publicité. Lisez la suite de l’article pour comprendre.

[divide style=”3″]

Voici un aperçu de la page d’accueil du site dans le cache.

L'agence SEO piégée par Gawker ?

L’agence propose majoritairement des prestations d’acquisition de lienslink building -, comme les articles marketing, le social bookmarking, les commentaires de blog, la soumission aux annuaires, les backlinks de forums, bref, des prestations très classiques.

Les prix de l’agence sont affichés en page d’accueil : 87,54 EUROS par mois pour un pack de démarrage ; 161,11 EUROS par mois pour un pack de référencement avancé ; et 256,73 EUROS par mois pour un pack professionnel de référencement.

Vous ne savez peut-être pas comment fonctionne le classement des sites Internet dans les moteurs de recherche, je vous explique très brièvement. Pour le moteur de recherche de Google, entre autres moteurs, les liens hypertextes ont une influence capitale dans le classement des sites. La qualité des sites et des liens est déterminante. Notez que des centaines d’autres critères SEO sont pris en compte par l’algorithme du moteur de recherche et que celui-ci évolue en permanence.

Dommages collatéraux ?

Hamilton demande des exemples de travaux déjà réalisés par l’agence qui souhaite lui acheter des liens. « Nous faisons ça avec le HuffingtonPost, ChicagoTribune, UTSanDiego et d’autres grands sites de presse » déclare – naïvement ? – l’agence. Celle-ci reverse entre 50$ et 80$ par article publié, soit entre 36,78 EUROS et 58,85 EUROS. Évidemment les groupes de presse ne sont pas informés, c’est une technique de marketing insidueuse opérée entre les agences et les journalistes, précise Hamilton. D’ailleurs l’agence le dit noir sur blanc dans le message qu’elle adresse à Hamilton :

Nous cherchons à établir des relations directes avec les auteurs. Bien sûr, vous pouvez le dire à votre patron, mais il vous dira très probablement que vous ne pouvez pas le faire parce que la société voudra une part du gâteau. C’est pourquoi nous recherchons des relations directes avec les auteurs. En tout cas, faites-nous savoir si vous décidez de travailler avec nous. Nous serions très heureux de vous avoir dans notre équipe et vous seriez également heureux de gagner un peu plus d’argent chaque mois en faisant ce que vous faites.

Suite à la publication du billet, l’agence SEO a nié ses références.

Pas mal le scénario !

Et si ce spectacle était joué ? Et si tout n’était pas vrai ? Ce billet de Gawker.com raconte-t-il des salades dans le seul but d’aider l’agence à promouvoir les sites de sa clientèle ? Il suffit de regarder les liens créés dans le billet, le blogueur n’a pas manqué de les créer, en plus ils sont en dofollow et « en dur ». Et s’ils ont l’apparence de « liens naturels », n’est-ce pas ce que Google souhaite ? Même Matt Cutts, « sheriff » de Google, n’aurait pas vu l’entourloupe… Un utilisateur, Mike H., lui fait la remarque : « je pense que Gawker devrait mettre les liens du billet en nofollow ».

Tweet en réponse à Matt Cutts

Une agence pas très intelligente ?

Le billet d’Hamilton est partagé dans Twitter par Matt Cutts, lui-même suivi par plus de 295 000 abonnés. Dans son tweet le responsable de l’équipe anti spam de Google veut confirmer le prétendu ridicule de l’agence en utilisant le hashtag #notsosmart – #pasintelligent, en français.

Suite à la remarque de l’utilisateur Mike H., au sujet des liens sortants de Gawker en attribut dofollow, Matt Cutts lui répond que ces liens, à eux seuls – ou indépendamment d’autres critères pertinents -, n’apporteront aucune aide au référencement des pages web. Possible, mais la publicité que Matt a fait à cet article va lui attirer des liens « naturels ».

Le tweet de Matt Cutts à propos de l'agence SEO

Faut-il donner une conclusion à cet article ? Je pourrais affirmer que le billet de Gawker est en fait un article sponsorisé déguisé. Je pourrais me contenter des mots de Matt Cutts, sans rien ajouter de plus, mais je préfère vous laisser cette opportunité.

Yassine A.

Expert visibilité Google (SEO, webmarketing) depuis plus de 10 ans. Certifié Google. Créateur de boutiques en ligne et responsable e-commerce. Basé en France métropolitaine.

Commentaires : 3

  • AvB
    5 décembre 2013 17 h 43 min

    Et si c’était vrai ? Tout simplement… 🙂

    • Ya-graphic.com
      5 décembre 2013 18 h 50 min

      Qu’est-ce qui est vrai ? Le fait que ce soit un article sponsorisé déguisé en dénonciation ? 🙂

      • AvB
        6 décembre 2013 16 h 17 min

        Voilà, par exemple 🙂

Ce n'est pas possible de commenter pour le moment.