Logo Ya-graphic : Création de boutique en ligne et référencement Google
Nous sommes à votre service pour vous proposer le meilleur service de référencement Google et de création de site e-commerce. Depuis 2008 nous apportons satisfaction à nos clients, qu'ils soient de France ou d'ailleurs.
3 av Adrien Mazet, Rés La Carraire, bât c - n°36, Miramas, FR
(+33) 06.52.64.70.04
contact@ya-graphic.com
Suivez YA-GRAPHIC

L’inacceptable 90% de Google.fr

L’inacceptable 90% de Google.fr

En France le moteur de recherche de Google détient plus de 90% en parts de visites par rapport à d’autres moteurs de recherche. À qui faut-il attribuer la faute de ce monopole inacceptable ? Qui est responsable ou qui sont les responsables ? Et surtout comment sortir de cette impasse ?

Le marché des moteurs de recherche en France en septembre 2013

Source: AT Internet – Etude réalisée du 1er au 30 septembre 2013

Plus de 90% en parts de visites en France (1) détenus par un seul moteur de recherche, c’est beaucoup trop. Ça implique une dépendance à ce moteur de recherche qui, année après année, tient les professionnels du marketing digital en otage : cryptage des requêtes de recherche, pénalités successives liées aux changements algorithmiques et aux mises à jour de Penguin, réduction des résultats naturels, etc., etc., etc. Avec ça nous assistons jour après jour à une « infoogle » (2) que je définis comme une promotion masquée de Google – consciente ou pas.

Pourquoi les gens citent-ils trop souvent Google ? Depuis que j’exerce ma profession de consultant SEO depuis 2008 je n’entends et je ne vois que lui. Il est cité par les néophytes, les professionnels du marketing digital, les commerciaux, les journalistes, les blogueurs, les auteurs… Regardons à la loupe ceux qui placent Google sur un piédestal.

1. Google, c’est d’abord le bouche à oreille. Par exemple dans les forums, quand un membre pose une question quelconque, il vous est déjà arrivé de voir un autre lancer un « Google est ton ami » pour dire « fait une recherche dans Google.fr, tu y trouveras certainement ta réponse ». Moi je lui répondrais NON, Google n’est pas mon ami, ni même mon ennemi. Pourquoi faudrait-il qu’il y ait une relation d’amitié entre un outil de recherche et moi ???

2. Les blogueurs aussi sont responsables, notamment les blogueurs qui baignent dans le milieu du SEO, de l’e-réputation, des liens sponsorisés, la liste est un peu longue donc je mets un point. Les articles des blogueurs – j’en fais partie – qui citent souvent Google dans leurs actualités, dans leur tutoriels et astuces, sont responsables. Beaucoup d’entre eux sont capables de publier des articles pour des changements insignifiants : logo, typographie des résultats, changement du menu, etc. J’ai bien envie de publier des informations sur des nouvelles de Lemoteur.fr, Bing.com ou DuckDuckGo.com, je ne manque pas de les citer quand c’est utile dans mes articles, le problème est que peu d’utilisateurs le font. Pourquoi ? Parce que parler de Google génère des visites, tout simplement.

3. Les agences web, agences de référencement (SEO, SEM), agences de communication qui utilisent Google pour faire leur publicité dans leur site, sont-elles aussi responsables ? Elles se servent notamment de ce monopole pour dire à leur clientèle que c’est sur Google qu’il faut être, les autres moteurs de recherche ne sont pas cités. Je reconnais que mettre en valeur un autre moteur de recherche que Google.fr sur son site c’est se tirer une balle dans le pied. Même s’ils ne font que répondre à la demande, je pense qu’elles ont aussi une part de responsabilité.

4. Les commerciaux d’agences web et/ou de référencement qui n’ont pas forcément une connaissance pointue du SEO et qui se limitent à un langage marketing auprès de la clientèle, sont-ils responsables ? Je crois qu’eux aussi ont une part de responsabilité.

5. Les auteurs de livres spécialisés dans le marketing digital, notamment en SEO, ont aussi une part de responsabilité. Jetez un œil aux étagères de la Fnac ou sur Amazon.fr… à croire que le terme « référencement » n’a de sens qu’avec Google. J’ai toutefois conscience que les éditeurs doivent certainement répondre à une demande, voilà encore une circonstance atténuante.

6. Dans les conférences, les réunions, les séminaires, tout ce qui ressemble à un rassemblement de professionnels du marketing digital, je cite par exemple les conférences proposées par SEO Camp, vous entendez et vous voyez majoritairement Google, Google et encore … (devinez !).

7. Dans les sites de presse vous remarquerez que Google.fr est beaucoup plus cité que Bing, Lemoteur.fr ou d’autres moteurs de recherche. Trouvez-vous normal que des sites de presse français parlent abondamment de Google, celui-là même qui leur avait proposé de se déréférencer de Google Actualités l’année dernière ? Lemoteur.fr ou DuckDuckGo.com ne méritent-il pas de faire partie de l’actualité ?

8. Google excelle dans la recherche, c’est aussi pour ça qu’il domine le marché de la recherche. Quand cette excellence est reconnue par notre entourage – amis, proches, collègues de travail, partenaires, etc. -, nous avons du mal à nous détacher de Google.fr pour un autre moteur de recherche. Il faudra y trouver une explication sociologique ou psychologique.

9. Beaucoup d’internautes affirment que les autres moteurs de recherche ne sont pas à la hauteur du moteur de recherche de Google. Ah bon ? Parce que quand je recherche un dentiste dans ma ville et que je compare les résultats de recherche entre Google.fr et Bing.com je trouve les mêmes types de sites qui apparaissent, ce sont essentiellement des annuaires. Faites le test, tapez « dentiste + ville » dans Bing.com et dans Google.fr et regardez les résultats. Vous avez sûrement une petite carie.

10. Il y a les récalcitrants, les têtus, les fanatiques fous furieux de Google qui défendent ardemment leur moteur de recherche préféré quand vous dites du mal de lui. Ceux-là, je les appelle les chiens de garde de l’Empire Google.

Je ne vais pas m’éterniser sur ce sujet, posez-vous simplement cette question : est-ce que ce Google qui accumule plusieurs milliards de dollars de bénéfices par an a besoin de la publicité que vous lui faites ? Est-ce qu’en retour Google vous fait gratuitement la publicité depuis son programme Google AdWords ?

Qui est le ou les responsables de ce monopole de Google.fr en France ? Je crois que nous avons TOUS une part de responsabilité derrière ces 90%. Bien sûr, nous devons continuer de publier des articles qui traitent de Google, mais ça ne nous empêche pas d’en publier autour de Bing ou de Lemoteur.fr. Bien sûr, nous devons répondre à la demande, mais nous pouvons la changer cette demande. Ça doit se faire progressivement. Responsabilisons-nous, mesurons nos propos du quotidien tout en gardant nos objectifs.

Je suis bien évidemment loin d’être un anti-Google, le moteur de recherche possède d’innombrables qualités et innove toujours, mais je crois qu’il faut faire une VRAIE place à d’autres moteurs de recherche parce que la concurrence réduit les prix, développe l’innovation et apporte d’autres bons avantages. Partagez cet article dans les réseaux sociaux si c’est ce que vous voulez.

(1) L’Espagne, l’Allemagne et le Royaume-Uni sont dans le même bateau.
(2) Infoogle, c’est la contraction de deux termes : information et Google. Une infoogle est une information orientée. Les plus curieux trouveront que le terme existe déjà, mais il ne désigne pas la même chose.

Yassine A.

Professionnel du SEO et du Webmarketing depuis plus de 10 ans. J'apporte PLUS de visibilité et PLUS de ventes aux entreprises, agences, startups et micro-entrepreneurs que j'accompagne. Certifié Google. Mes spécialités sont le référencement naturel (SEO) et la création de site E-commerce.

Commentaires : 6

  • Simon Tripnaux
    2 novembre 2013 10 h 50 min

    Le public français est tout particulièrement sensible à la facilité : c’est aussi le pays où Mc Do fonctionne le mieux en Europe ! Cela dit, pour un e-commerce cela veut aussi dire tourner le dos à 10% de son public potentiel ! Les vrais professionnels savent ce que cela peut vouloir dire !

  • bastien31000
    4 novembre 2013 18 h 03 min

    Google est un bon moteur de recherche. Dans mon cas personnel, le meilleur. J’ai essayé bien d’autres moteurs de recherches (y compris DuckDuckGo (je trouve paradoxal la présence de lien facebook sur DDG d’ailleurs…) et Quant) et aucun n’est aussi pertinent.

    Et puis je comprends pas l’acharnement sur le monopole. Si vous aviez créé un produit génial, pratique, pertinent, à l’ergonomie qui ne se démode pas, et qui du coup est utilisé par 90% des gens sur votre créneau, est ce que ça serait de votre faute ?

    Depuis plusieurs mois, Google fait apparaître de plus en plus de publicités ainsi que ses autres produits (google maps, google+) avant les résultats naturels. Parfois, on ne les trouve même pas sur un écran 15″ sans scroller.

    Je trouve ça gênant pour ma part et je me dis qu’il y a là un point d’entrée intéressant pour un concurrent qui amènerait un produit aussi qualitatif que Google (qui n’est pas “parfait” non plus). Là, je switcherais avec plaisir sur un nouveau moteur.

  • Pierre Mepal
    21 novembre 2013 15 h 43 min

    J’utilise Qwant perso parce que j’en ai marre de Google et de cette affaire Prism qui donne froid dans le dos .
    Si vous pouvez me donner votre avis http://www.qwant.com

    Merci !

  • Patrick
    31 janvier 2014 13 h 57 min

    J’utilise bing, qwant, duckduckgo … cela dépend de mes humeurs mais surtout j’évite au maximum d’utiliser google … et franchement aucune différence !

  • Guillaume Madoux
    31 janvier 2014 14 h 27 min

    Si GOogle est aussi connu c’est aussi grâce à gmail, google chrome, aux nexus qui cassent les prix, adsense, google maps etc ….
    En bref il ne se passe pas une semaine sans que Google ne fasse l’actualité. Forcemment ça fait beaucoup plus de noto qu’un Bing ou un Exalead 😉

    • Ya-graphic.com
      31 janvier 2014 14 h 30 min

      Personnellement je préfère l’ancienne version de Google Maps. Question de goût. Gmail pose problème aux marques (emailing).

Ce n'est pas possible de commenter pour le moment.