Logo Ya-graphic : Création de boutique en ligne et référencement Google
Nous sommes à votre service pour vous proposer le meilleur service de référencement Google et de création de site e-commerce. Depuis 2008 nous apportons satisfaction à nos clients, qu'ils soient de France ou d'ailleurs.
3 av Adrien Mazet, Rés La Carraire, bât c - n°36, Miramas, FR
(+33) 06.52.64.70.04
contact@ya-graphic.com
Suivez YA-GRAPHIC

Facebook va devenir payant…

Face

Facebook va devenir payant…

Facebook compte bien devenir payant. Le fameux réseau social a testé une nouvelle fonctionnalité qui va permettre aux utilisateurs de promouvoir leurs statuts. Il ne s’agit pas d’une rumeur, les statuts payants sur Facebook ont été testés en Nouvelle Zélande.

Facebook payant: Les statuts de Facebook pourraient être payants.

Facebook payant: Pour promouvoir ses statuts sur Facebook ça coûterait un peu plus de 5 €.

Facebook veut que les utilisateurs payent pour mettre en avant leurs statuts. Autrement dit Facebook veut que les utilisateurs paient pour communiquer. En d’autres termes le géant des réseaux sociaux veut transformer les utilisateurs en annonceurs !

Facebook a déjà testé cette fonctionnalité de statuts payants en Nouvelle-Zélande et l’aurait introduit progressivement dans plus de 20 autres pays.

Facebook payant ? Pourquoi donc ?

Facebook explique en gros que chaque jour les utilisateurs reçoivent énormément de nouvelles et pour qu’un statut diffusé soit visible, c’est-à-dire vu par tous les contacts – « amis » -, eh bien il faut ouvrir son porte-monnaie.

Facebook n’a pas dit combien va coûter la promotion des statuts, mais dans le cadre du test il y a eu une fourchette de prix. Des utilisateurs ont vu que le prix était de 7 dollars (US), soit 5,38 Euros le prix d’un statut à promouvoir.

Le milliard, le milliard, le milliard !

Facebook annonce avoir dépassé le seuil du milliard d’utilisateurs actifs par mois. Si la promotion des statuts est déployée, à priori le nouveau modèle économique de Facebook pourrait être rentable.

Chacun se souviendra du Millionnaire, ce jeu télévisé où le public scandait à l’unisson et en rythme « Le mi-llion ! Le mi-llion ! Le mi-llion ! ». Qui est donc dans la peau du milliardaire ? Certainement pas le public.

Yassine A.

Professionnel du SEO et du Webmarketing depuis plus de 10 ans. J'apporte PLUS de visibilité et PLUS de ventes aux entreprises, agences, startups et micro-entrepreneurs que j'accompagne. Certifié Google. Mes spécialités sont le référencement naturel (SEO) et la création de site E-commerce.

Commentaires : 10

  • Saga 8mm
    5 octobre 2012 8 h 27 min

    Quand je pense que sur la page de connexion c’est indiqué “c’est gratuit…. et ça le restera”.

    En ce qui me concerne je en crois pas une seconde au modèle économique facebook.

    Les entreprises, dont moi, l’utilisent justement parce que c’est gratuit et que ça fait un peu de promo gratuit, l’équivalent du bouche à oreille IRL.

    Mais quelle entreprise irait payer pour de la promo basée sur le bouche à oreille.

  • Marie-Ange
    5 octobre 2012 14 h 20 min

    La mise en avant d’un statut sur Facebook est déjà proposé en version payante en France. Précisons néanmoins que, pour l’instant, cela ne concerne que les Pages Facebook (pas les comptes perso). Or une Page est faite pour promouvoir un produit, une société ou des services et ces Pages sont sélectionnées par les utilisateurs Facebook, avec une démarche spontanée de suivre l’actualité de cette société en question.

    Sur une Page Facebook on peut donc en France et depuis le 20 septembre promouvoir un statut à l’attention des amis abonnés à cette Page ou à l’attention des amis et de leurs amis. Coût : entre 4 à 8€ à la date d’aujourd’hui (jusqu’à 12 € le 1er octobre), selon l’audience que vous souhaitez toucher. Néanmoins j’ignore de quelle façon l’utilisateur est atteint : est-il précisé que la Page a payé pour mettre ce statut en valeur ? Et de quelle façon ce statut est-il mis en valeur ?

    Etant donné que les Pages ont – en majorité – un objectif commercial cela ne me choque pas. Sur un compte perso je ne vois pas qui aurait envie de payer pour mettre en avant un statut à titre privé : “je pars en vacances !” mérite-t-il 4€ d’investissement ?

    Néanmoins oui Facebook entre dans une ère payante. Il faut bien rassurer les actionnaires…

    🙂

      • Marie-Ange
        6 octobre 2012 2 h 05 min

        Non je ne confonds pas, je parle bien des Pages Facebook, pas des comptes perso.

        J’ai testé cette nouvelle option de promotion d’un statut la semaine dernière sur l’une de mes deux pages Facebook : 12€ dépensés, sur 4 jours. Facebook m’affiche que ce statut a été vu par 11 164 personnes pendant cette promotion, qu’il y a 46 mentions J’aime sur la page, et 101 J’aime sur les diverses publications sur cette page, et autres chiffre. Je ne peux joindre à ce commentaire une capture d’écran mais ceux qui disposent d’une Page Facebook peuvent constater tout autant que moi que cette option de promotion payante pour n’importe quel statut est bel et bien déjà disponible sur Facebook en France.

        Je pourrais vous fournir une capture d’écran par e-mail si vous le souhaitez.

  • Matthieu Langlade
    5 octobre 2012 15 h 01 min

    Honnêtement, je ne vois pas ce qu’il y a de choquant venant de Facebook. L’utilisateur lambda n’y voit aucun intérêt, et Facebook reste gratuit.

    Pour une page d’entreprise qui cherche de la visibilité, c’est un très bon outil et je pense que l’investissement est beaucoup plus rentable que les fameuses ads Facebook, qui sont réputés pour être de gros fails.

    La promotion des Tweets, ça marche pas trop mal, et personnellement, de voir des tweets sponsorisés dans ma TL ne me dérange pas du tout, au contraire, je trouve intéressant de suivre comment les CM utilise cet outil.

    Pour résumé, ce titre est un peu exagéré, même si j’imagine que l’effet est recherché. Comme l’a dit @Saga il est écrit sur la page de connexion “c’est gratuit…. et ça le restera toujours” et je ne vois vraiment pas Facebook basé leur business model sur des comptes payant (même du prenium, ça m’étonnerai).

  • Eric Lequien Esposti
    10 octobre 2012 22 h 01 min

    Bonsoir,

    Je suis romancier et viens de basculer de la notion de profil vers celle de page, mon profil étant saturé et difficile à gérer depuis qu’il est bloqué sur un faux compteur de “friends” au-delà du seuil de 5000 (plus de 5700 disent-ils, tandis que la réalité est autour de 5000 ; et multiples réclamations au support n’y changent rien). Ce revirement après 5 ans d’activité intense sur mon profil, aussi parce qu’il est important pour un écrivain d’être lu et que le lien à un profil n’y engage pas forcément (du moins de manière moins claire). Bref, en plein démarrage de ma fanpage, je tombe sur ce présent billet et ai souhaité y réagir pour deux choses que voici :

    1) Tout d’abord, rappeler à chacun qu’une page n’est pas nécessairement liée à une entreprise. Les artistes et auteurs sont bien souvent en quête d’expansion de leur lectorat (y compris à l’international) autant qu’il ont, pour ce faire, peu de moyens.

    2) Je me pose cette question : cette promotion payante d’un statut induira-t-elle une baisse de la visibilité d’un statut gracieux ? Autrement dit, l’algorithme d’exposition des statuts gratuits sera-t-il dégradé pour encourager à payer (en ce cas, le statut classique devient un sous-statut) ou est-ce que ce ne seront que les statuts payants qui profiteront d’une surexposition (dans ce cas, le statut classique reste inchangé et le payant fait office de super-statut) ?

    Bonne soirée

    ELE

  • Poignant
    11 octobre 2012 20 h 10 min

    Je ne pense pas que facebook fasse payer tous ses utilisateurs. Seul les pages d’entreprises. Quelque’un a fait remarquer que les entreprises ne sont pas les seules a avoir des pages. C’est vrai. Peut-etre que cette vérité sera prise en compte par facebook. On peut imaginer que le réseau mettra en place un systeme de filtrage de mots clés pour s’assurer que les status ne soient pas a but lucratif

Ce n'est pas possible de commenter pour le moment.