Logo Ya-graphic : Création de boutique en ligne et référencement Google
Nous sommes à votre service pour vous proposer le meilleur service de référencement Google et de création de site e-commerce. Depuis 2008 nous apportons satisfaction à nos clients, qu'ils soient de France ou d'ailleurs.
3 av Adrien Mazet, Rés La Carraire, bât c - n°36, Miramas, FR
(+33) 06.52.64.70.04
contact@ya-graphic.com
Suivez YA-GRAPHIC

Google revient à la charge… contre les éditeurs de presse

Google revient à la charge… contre les éditeurs de presse

Au salon LeWeb 2012 qui se tient à Paris, le vice président de Google, Ben Gomes, aurait déclaré que le projet de loi des droits voisins était une atteinte à la liberté de l’Internet. Il aurait proposé aux éditeurs de presse d’autres solutions pour gagner de l’argent en ligne.

Google Actualités contre les éditeurs de presse européens

Alors que les éditeurs suisses et portugais ont rejoint les éditeurs de France, d’Allemagne et d’Italie dans le mouvement pour faire payer Google des droits voisins, le vice président de Google a fait comprendre que la firme ne reculera pas d’un iota.

Lors du salon LeWeb 2012, une conférence a permis à Ben Gomes de s’exprimer sur le projet de loi des droits voisins qui consiste à faire payer Google pour les contenus de presse qu’il indexe dans son moteur de recherche d’actualités. Selon CNET Ben Gomes aurait déclaré que ces lois violeraient la liberté de l’Internet. Si les éditeurs veulent gagner de l’argent en ligne, ils devront trouver d’autres idées.

It’s bad for publishers in the long run. The concern with laws like this, is it clamps down on what you can do, because it breaks the freedom of the Internet. There are issues we need to deal with. We need to experiment more with other business models that will make these news businesses more profitable in the online world. Ben Gomes, Vice président de Google.

Gomes a donc proposé deux idées.

  • La technologie Google AdSense : Grâce à cette régie publicitaire les éditeurs de presse auraient gagné jusqu’à 7 milliards de dollars USD ;
  • La vente de magazines dans la boutique Google Play : CNET fait bien de préciser que cette idée – comme celle d’AdSense – sert aussi les intérêts de Google.

Ces deux propositions confirment bien les propos du quotidien allemand, Handelsblatt : « aujourd’hui Google n’est pas un groupe défenseur des droits civiques, c’est plutôt une société cotée ayant des intérêts commerciaux […] ».

Cette situation montre que la guerre entre Google et les éditeurs de presse n’est pas prête de s’arrêter. De son côté Google est catégorique, ce projet de loi est mauvais, contraire à la liberté de l’Internet ; en face, les éditeurs français, allemands et italiens renforcent leur mouvement contre Google. Est-ce que le dé-référencement des sites de presse pourrait être l’issue ?

Yassine A.

Professionnel du SEO et du Webmarketing depuis plus de 10 ans. J'apporte PLUS de visibilité et PLUS de ventes aux entreprises, agences, startups et micro-entrepreneurs que j'accompagne. Certifié Google. Mes spécialités sont le référencement naturel (SEO) et la création de site E-commerce.