A propos de l'auteur

Yassine AISSAOUI

Consultant Web Marketing indépendant spécialisé dans le référencement (SEO), les liens sponsorisés Google AdWords, le community management et WordPress. J'accompagne les entreprises qui ont soif de visibilité dans Google Search et les Médias Sociaux, en France. Mon profil dans LinkedIn Yassine AÏSSAOUI.

Articles Associés

  • Il m’arrive régulièrement de me faire démarcher par des référenceurs avec une adresse chez gmail. Pas très sérieux pour commencer… Je leur demande l’url de leur site web et généralement leur site n’a pas de PR. Ca ne s’améliore donc pas. Perso je m’occupe tout seul de mon référencement mais si je le confiais à quelqu’un je vérifierais déjà que son site est bien positionné. Certes comme vous dites cela ne fait pas tout et certains travaillent bien plus sur leur propre site que sur ceux de leurs clients mais c’est mon point de vue quand même: si le référenceur n’est pas capable de bien positionner son propre site, l’oublier…

  • greg

    Dans le référencement, les tarifs appliqués sont assez flou aussi.

  • les cordonniers sont les plus mal chaussés dit on …et bien je travail avec des référenceurs pas connus mais pourtant qd on leur parle de motercalo ils disent au moins qu’ils n’ont pas eu le temps de participer. un bon référenceur c’est quelqu’un qui passe du temps sur un budget… pour une petite PME dépasser les 4 Ke par an me parait bcp (voila pour mon idée du chiffrage)

  • Jaggernot

    Bonjour,

    Article intéressant. Etant moi-même référenceur professionnel, j’aurais tendance à dire que nous sommes généralement les moins visibles sur la toîle (trop occupé à travailler la visibilité de nos clients ;)).

    Je suis d’accord sur un certain nombre de point cependant, le point 6 et 7 me gène plus. J’ai l’impression que tu confonds expert en référencement et ergonome.

    L’expert en référencement pourra agir sur la qualité du trafic généré en sélectionnant une sémantique particulière et positionnant le site dessus mais la réalité des faits, c’est que la manière dont un site va être consommé par l’internaute dépend plus de l’ergonomie que du référencement. Est-ce que la navigation est claire? est-ce que l’internaute trouve facilement les informations? Est-ce que…
    Tout un tas de questions qui ne sont pas du ressort du SEO.

    Les temps de réponse font par contre partie du SEO et les optimisations qui en découlent peuvent être prises en charge dans des recommandations techniques SEO.

    Pour reprendre ta phrase « Demandez-lui plutôt comment mettra-t-il en œuvre une stratégie qui donne envie aux visiteurs de rester sur votre site Web. A-t-il une réponse ? », il y a différents profils d’expert SEO et certains seront à même de proposer des solutions pour peu qu’ils aient une vision large et globale des choses. Rare sont les cas où un website optimizer suffit à changer la donne. Par contre, une bonne analyse du tunnel de conversion peut permettre de mettre en évidence les problèmes d’abandon de panier dans le cadre d’un site E-commerce.

    Pour terminer, parce que tu donnes des astuces sur comment éviter les « boulets » du référencement, je me permets de donner ma définition de ce qu’est un bon référenceur :

    Tout d’abord, un bon référenceur est avant tout un bon technicien, curieurx, qui sait réagir en fonction de l’environnement technique et adapter ses recommandations aux contraintes du client afin d’élever le niveau de faisabilité de celles-ci. C’est facile de faire des recommandations techniques en disant « idéalement vous devriez faire ça mais ça risque de ne pas être possible » et de ne pas apporter d’autres solutions.

    Un bon référenceur est un bon communicant qui sait faire avancer les choses. Il faut qu’il donne envie que ces recommandations soient appliquées. Il doit pour cela être crédible et gagner la confiance du client.

    Il doit également attacher une grande importance et un soin particulier à la détermination du/des champs sémantiques d’un site.

    Enfin (et là c’est la crème des référenceurs), il doit avoir une connaissance générale du Web qui lui permette d’évoluer en permanence et de proposer des solutions innovantes pour de nouveaux défis.

    En résumé, ça nous donne : un passionné (R&D), humble, bon communicant, technicien mais également marketeux et « littéraire » si possible.

    • L’observation du référenceur doit englober la totalité d’un site ou d’un blog.

      Le référenceur n’est pas web designer, mais il doit vérifier que les images soient optimisées pour les moteurs de recherche.

      Idem pour l’ergonomie. Il est préférable de travailler sur le référencement d’un site en amont de sa conception.

  • En Belgique, il y une charte e-tic qui demande certaines garanties aux référenceurs. Je trouve cela pas mal du tout pour les clients. Je pense que je vais la signer 🙂

  • Bastien

    « Les temps de réponse font par contre partie du SEO et les optimisations qui en découlent peuvent être prises en charge dans des recommandations techniques SEO »

    Depuis que Google inclus ce critère ?
    Les temps de réponse sont plutôt entre le dev et ladmin sys

  • Tout cela me rappelle un sketch des inconnus :
    – « Quelle est la différence entre bon et un mauvais référenceur ? »
    – « Le mauvais référenceur, il voit un blog, il spam comme un gros porc ! Le bon référenceur, lui, il voit un blog… il spam… mais c’est un bon référenceur ! »

    Après cette petite plaisanterie, je crois qu’un point important est le feeling entre le client et le référenceur. Je pense aussi que le référenceur doit être capable de s’imprégner du domaine d’activité du client. La stratégie SEO, même s’il elle doit être variée, doit s’adapter au métier du client.

    • Pas d’amalgame entre le référenceur et le spammeur. Le référencement va bien au-delà du spam.

Tous droits réservés. 2008-2016 - Ya-graphic.com - France

Abonnez-vous !

Abonnez-vous !